mardi, 30 octobre 2018 21:44

Aperçu des Maires de la commune de Cavagnac de 1789 à 1948

Dans cet article est proposé un regard rétrospectif sur l'histoire de la municipalité moderne de Cava­gnac. 

Par Pierre Flandin-Blety (2014)

 Nous entendons par « munici­palité moderne » l'organisation d'une représentation des citoyens habitant la commune telle que la Révolution a commencé de l'éta­blir pour l'ensemble du territoire national, et que les régimes poli­tiques survenus par la suite ont pu en modifier la structure au cours des 224 ans qui nous séparent de 1789. En effet, avant cette date, sous l'Ancien Régime, il a existé aussi un mode de représentation des paroisses ou « communautés d'habitants », mais très variable d'une province à l'autre et même parfois d'une localité à l'autre...

A Cavagnac, comme souvent en Quer­cy et dans le Midi, et en particulier dans la vicomté de Turenne, l'as­semblée générale des habitants dans les communautés rurales procédait chaque année à la désignation de deux syndics chargés avant tout de l'assiette et de la perception de l'impôt. Mais, de l'histoire municipale ancienne de Cavagnac (on en connaît quelques épisodes) antérieure à la Révolution, il ne saurait être question ici, la place étant mesurée.

Le passé de la commune moderne est, à lui seul, suffisamment long, complexe (avec la grande diversité des lois organisant l'administration territoriale), mais aussi très caractéristique des progrès de la démocratie locale. Pour le moment, contentons-nous d'une liste aussi synthétique que possible de nos premiers magistrats municipaux, fournie par une recherche encore partielle. Au demeurant, précisons que Saint-Palavy est érigée en commune distincte de Cavagnac entre 1790 et 1800 ; nous n'en parlerons pas ici. Tous les actuels habitants de Cavagnac sont in­vités à corriger, compléter, préciser ce canevas à grosses mailles de nos annales municipales. Nous les arrêterons, de propos délibéré, au décès d'une remarquable personnalité de notable, ancien combattant de la Grande Guerre, fait prisonnier, médecin aux Armées puis médecin de campagne à Cavagnac dont il sera élu maire à son retour au foyer : le docteur Joseph Bayle (1878-1948), de Reynal (Dorval). La liste des maires, seuls, sera replacée dans son contexte historique. Surtout, n'ou­blions pas que le suffrage est exclusivement masculin jusqu'aux élec­tions municipales de mai 1945.

1 - Municipalités de la Révolution, 1790-1800

Les maires sont élus au suffrage restreint des « citoyens actifs ». La première loi municipale est celle du 14 déc. 1789.

  • 1790, premier maire de la commune : Ga­briel GUARY, d'Aubiac. Elections de fevr. 1790 ; renouvellements en nov. 1791 et 1792.
  • 1792, VALLEILES, maire, de La Cave. (Etienne BOURDIE, du bourg, est « offi­cier public », chargé de l'état civil, 1792-­1795).

Municipalités de canton organisées par la constitution de l'an III (1795) : les com­munes de moins de 5000 hab. n'ont plus de véritable municipalité ni de maire ; elles désignent des « agents municipaux » se réunissant en collège municipal au chef-lieu de canton et désignant un « président » faisant office de seul maire. Un canton (qui disparaitra) est créé à Sarrazac. L'expérience des municipalités de canton, est la seule expérience de « grandes communes » ou de regroupement communal jusqu'a la législation actuelle ; elle dure de 1795 a 1800.

  • Gabriel GUARY, agent municipal, 1796­-1798.
  • SOURZAC, agent municipal, 1796. (des Sourzac de Baudet ?)
  • LOURADOUR, du bourg, agent munic., 1798
  • Jean-Pierre LAPETITIE, de Dorval, id., 1798-1800.

2 - Municipalités du Premier Empire et des monarchies constitutionnelles (1800/1804- 1848)

Maires nommés (éventuellement destitués) par le gouvernement ou ses agents (préfets) parmi les notables du suffrage censitaire. Retour à l'uniformité communale sur le territoire national. Mandat de 5 puis de 6 ans. La loi municipale de base est celle du 28 pluviôse an VIII, 17 février 1800. Re­nouvellement en 1808.

  • Jean-Pierre BOURGES, de La Sudrie, « maire de Cavagnac et de Saint-Palavy réunis », 1800-1805.
  • Antoine TOULZAC, du bourg, 1805-1807.
  • Pierre BRIAT-TRAVERSAT, propriétaire du château de Saint-Palavy, maire durant 41 ans (1807-1848). A partir de 1841, il signe Briat de Traversat.

3 - Municipalites de la Seconde Repu­blique (1848-1851).

Maires élus par le conseil municipal, lui-même élu sans restriction au suffrage uni­versel (avril-août 1848).

  • Antoine GUARY, d'Aubiac, maire, républicain. Elections du 24 avril 1848 (II a 43 ans).

Maires et adjoints élus par le conseil muni­cipal dans les petites communes mais la loi de juillet 1848 laisse au gouvernement la possibilité de suspendre ou révoquer dans toutes les communes maires et adjoints. La loi du 31 mai 1850 restreint l'exercice du suffrage universel. La Seconde République devient conservatrice.

  • Hippolyte MATERRE, propriétaire du château de Cavagnac, maire durant 22 ans (sept. 1848-1870), conservateur. A la suite du coup d'Etat du 2 décembre 1851, les maires républicains sont révoqués.

4 - Second Empire (1852-1870).

Retour des tendances autoritaires : maires nommes par le pouvoir exécutif ; ils pour­ront même être pris en dehors des conseils municipaux (élus, eux, au suffrage univer­sel). Mais le suffrage universel est faussé par le jeu de la candidature officielle.

  • Hippolyte MATERRE, maire jusqu'en oc­tobre 1870 (élections d'août 1870).

5 - IIIème et IVème République (1870-1946/48).

Quatre-Septembre 1870, proclamation de la République. Démocratisation de la vie municipale. La loi du 14 avril 1871 rétablit la désignation du maire et des adjoints par le conseil mu­nicipal, pour les petites communes.

  • LEYGONIE, du bourg, préside d'octobre à avril 71 la « commission municipale de la commune de Cavagnac » ; il est qualifié de maire début avril 1871. La famille Leygo­nie, installée au bourg depuis le XVIIIème siècle, est de bourgeoisie rurale. Ses membres élus à la municipalité (maires, adjoints, conseillers), affirment, comme les Guary d'Aubiac, leurs options républicaines a chaque retour de la démocratie.
  • Antoine GUARY, d'Aubiac, maire (mai 1871- fevr. 1874). Elections du 30 avril 1871. Il a 66 ans.

Des lois du 20 janv. 1874, 12 août 1876 et 28 mars 1882 passent du retour à la nomi­nation des maires et adjoints par le pouvoir conservateur, au triomphe définitif du système de l'élection des magistrats munici­paux par le conseil municipal. La grande loi municipale du 5 avril 1884, véritable grande charte républicaine de la liberté municipale », consacre enfin les principes républicains en la matière. Mandat de 4 ans.

  • Louis DUSSOL, maire nommé (1874-78), propriétaire au Granger et à Saint-Palavy, conservateur. Elections de nov. 1874. Louis Dussol de Cartassac : 30-10-1845 - 12-11-1925. II avait épouse Henriette Briat de Traversat (château de Saint-Palavy).
  • Antoine GUARY, maire, janv. 1878 — janv. 80, 18-05 1881, républicain. Elections de janv. 1878; nouveau progrès des candidats républicains.
  • LEYGONIE, adjoint du précèdent, assure l'intérim et devient maire, 1881-82. Elections de janv. 1881.
  • E. LAFEUILLE, adjoint, assure un nouvel intérim jusqu'en avril 1884, « le maire étant empêché ». II est élu maire, 1884-1888. Républicain convaincu. Elections de mai 1884. C'est sous son mandat qu'est construite l'école, 1888.
  • Louis LOURADOUR, de Dorval, maire pendant 14 ans ou quatre mandats, 1888-1902. Elections de mai 1888, 1892, 1896 et 1900.
  • Raymond Gabriel GUARY, d'Aubiac, maire 1902-1908. Il achève comme maire la mandature précédente ; réélu en mai 1904. Cette ancienne famille était établie à Aubiac depuis la fin du XVIème siècle ; elle a fourni trois maires a Cavagnac sur trois générations entre 1790 et 1908 : Gabriel, 1756-1832 ; son fils Antoine, 1805-1881, et l'un des deux fils de ce dernier : Raymond Gabriel, 1856-1917. Ajoutons qu'au frère de ce dernier, le doc­teur (1886) François GUARY, 1859-1893, la commune a dédié une inscription funéraire pour son dévouement envers la population.
  • Louis LOURADOUR, a nouveau maire pendant onze ans ou deux mandats, 1908-1919 : élections de mai 1908 et 1912. C'est notre maire durant la Grande Guerre. Cette famille de Dorval était apparentée aux Bayle de Dorval et aux Leygonie, du bourg. Louis Louradour : 13 oct. 1846-16 août 1923.
  • Joseph BAYLE, docteur en médecine, de Reynal (Dorval), maire, 1919-1931, républicain modéré. Elections de nov.1919, mai 1925 et 1929. Le docteur Bayle appartenait à une famille de la bourgeoisie rurale. Né le 21 juin 1878, fils de Jean B. et de Jeanne Christine Neuville, il meurt dans sa chère maison du domaine de Reynal, célibataire. II est enterré dans sa propriété, debout « face à Verdun ».
  • Alexis LACHENAUX, d'Auriol, maire, 1931-1935, républicain de gauche. Elections de mai 1929 ; le mandat de maire est depuis ce scrutin porté de 4 à 6 ans, « pour favoriser la gestion des bons administrateurs ». Alexis Lachenaux défendra le droit d'usage sur les prés de la Milie dont jouissent toujours les habitants de Cavagnac.
  • Joseph BAYLE, à nouveau maire, 1935-1943. Elections de mai 1935 ; en nov. 1940 le gouvernement du Maréchal Pétain décide de revenir à la nomination des maires, sauf pour les petites communes. Cependant, manifestant sa profonde détestation du militarisme allemand comme ancien combattant, le docteur est révoque par les autorités de Vichy et il est suppléé par un « conseiller municipal remplaçant le maire » ; c'est Louis TERRIEUX, d'Auriol, qui accepte d'assumer (1943-1944) cette charge en ces circonstances très difficiles. Joseph Bayle est rétabli dans ses fonctions de maire à la Libération, durant l'automne 1944. Il est réélu lors des scrutins de 1945 et 1947 ; il décède en cours de mandat le 12 sept 1948. Marcel VIGNE, d'Aubiac, adjoint, achève comme maire la mandature et sera réélu en mai 1953 (radical-socialiste).

 

Nous sommes déjà entrés dans les Trente Glorieuses et c'est une autre époque.