mardi, 30 octobre 2018 19:34

Etymologie du nom : « La Fondial »

Le saviez-vous ? Etymologie du nom : « La Fondial »

Lettre du sous-préfet de Brive à Mr le Maire de Chauffour, le 22.9.1966.

 

 Je vous fais part des renseignements qui m'ont été donnés sur l'étymologie du nom de «La Fondial » donné au marais situé sur le territoire de votre commune. Deux sens peuvent être donnés étymologiquement à ce nom.

La présence du marais à proximité du lieu-dit « La Fondial » peut faire incliner à rechercher la racine du nom dans un mot latin « fous » qui signifie « source », « le point d'eau », et par exten­sion, la « nappe d'eau ».

Cependant, cette dénomination peut désigner aussi une masure ou une grange. En effet, dans les dialectes de la région de Poitiers, on retrouve assez fréquemment les termes de «Fon­deis», «Fundis» ou « Fondeys », au sens de masure ou de grange.

« Fons » signifie donc ici très probablement « source ».

Quant à « Dial », il semble qu'il puisse être l'aboutissement de « Diaboli ». La syllabe accen­tuée « Dia » est intégralement conservée dans « Dial ». Le « b » ayant pu, suivant un processus linguistique fréquent, avoir été absorbé par le « I ».

Le sens de La Fondial pourrait être, dans ce cas, source ou fontaine du diable. Cette interpré­tation serait confirmée par le fait que les sources furent vouées très volontiers à des puissances surnaturelles : Dieux du paganisme, Dieu, les saints, le diable.

Une autre hypothèse, que celle-ci pourrait être confirmée par la température réelle du ma­rais, est que « Dial » pourrait résulter de l'utilisation du mot «Djiala», «Djialad», qui, dans le patois local, désigne quelque chose de gelé.

La Fondial signifiera alors : «Source très froide».

En tout cas, La Fondial en deux mots est certain.

 

Le Sous-préfet, J Algis

 

Nota : Les eaux de sources de La Fondial et de Bos Del Poux sont très fraîches, quant à celles du Doux, elles sont glacées et étaient redoutées autrefois par les femmes qui devaient y faire leur lessive. Pour en justifier la température, les anciens prétendaient que ces eaux prove­naient de Roche de Vic ou des monts d'auvergne.

Quant au diable, voir la légende.